« Yes, we can »: du virtuel au réel, immerger pour mieux régner ?